Lean RH

PRÈS DE 11 MILLIARDS DE PERTES POUR LES PME

La pénurie de main-d'œuvre fait cruellement mal à un important moteur de l'économie du Québec. Read it in English

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, ARCHIVES LA PRESSE
PHOTO PHILIPPE BOIVIN, ARCHIVES LA PRESSE

Source: La Presse | NATHAËLLE MORISSETTE

La difficulté à recruter des employés a un effet dévastateur sur les PME du Québec, qui ont perdu près de 10,7 milliards en un an, selon une étude réalisée par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

L’annulation de certains contrats ou le report de projets en raison du manque de personnel sont en grande partie responsables de ces pertes d’argent, indique-t-on dans le rapport intitulé Impact financier des pénuries de main-d’œuvre au Québec, rendu public lundi. « Ce chiffre, je tiens à dire que c’est une évaluation extrêmement conservatrice », a soutenu François Vincent, vice-président pour le Québec de la FCEI, au cours d’un entretien téléphonique avec La Presse. « C’est sûr que c’est plus que ça. En réalité, ce sont probablement des pertes plus importantes. On a utilisé les données qui étaient à notre disposition, celles publiées par Statistique Canada en 2020, a-t-il expliqué. On parle d’entreprises qui ont des revenus situés entre 30 000 $ et 5 millions. Il y a beaucoup d’entreprises qui ont des revenus supérieurs. »

Les PME du domaine de la construction figurent en tête des entreprises ayant essuyé le plus de pertes (2219,7 millions), suivies par celles du secteur des services professionnels et administratifs (2078 millions). Les domaines de l’hébergement et de la restauration arrivent au quatrième rang (1024,4 millions).

Bien que les pertes de ventes et de contrats soient considérables pour les propriétaires de PME, il est important de noter qu’elles ne correspondent pas nécessairement à des pertes nettes pour l’économie de la province.

Laure-Anna Bomal, analyste de la recherche pour la FCEI et auteure du rapport

« Ces montants non investis ont peut-être été injectés dans des projets différents ou ont constitué d’autres dépenses pour les PME, et les clients perdus ont pu dépenser leur argent d’une autre façon au Québec. Il n’en demeure pas moins que ce manque à gagner arrive à un bien mauvais moment après deux ans de pandémie qui ont affaibli et endetté trop de PME », a indiqué Mme Bomal dans un communiqué, lundi.

Plus d’heures de travail

Par ailleurs, les horaires anormalement chargés font également partie des effets engendrés par la pénurie de main-d’œuvre, rappelle-t-on dans l’étude. Selon un sondage mené par la FCEI en mars 2022, 63 % des propriétaires affirmaient avoir été contraints de travailler plus d’heures. Dans le cas des employés, ce sont 45 % d’entre eux qui ont vu leur semaine de travail s’alourdir.

« La pénurie de main-d’œuvre est en train de surcharger nos entrepreneurs, ce n’est pas bon à long terme », ajoute François Vincent. Résultat : des entreprises comme les restaurants, par exemple, doivent se résoudre à réduire leurs heures d’ouverture.


« Ces entreprises-là vivent l’augmentation des coûts de façon assez importante, dit-il. Elles doivent y faire face en étant ouvertes moins de journées. Donc, ça leur complexifie encore plus la vie. »

Alors que la campagne électorale s’amorcera bientôt au Québec, la FCEI souhaite que la pénurie de main-d’œuvre, « un enjeu de société », soit au cœur des discussions.

 

NEARLY 11 BILLION LOSSES FOR SMALL AND MEDIUM ENTERPRISES

The labor shortage is cruelly hurting an important driver of the Quebec economy. Français


PHOTO PHILIPPE BOIVIN, ARCHIVES LA PRESSE
PHOTO PHILIPPE BOIVIN, ARCHIVES LA PRESSE

Source: La Presse | NATHAËLLE MORISSETTE

The difficulty in recruiting employees has a devastating effect on SMEs in Quebec, which have lost nearly $10.7 billion in one year, according to a study by the Canadian Federation of Independent Business (CFIB).

The cancellation of certain contracts or the postponement of projects due to the lack of personnel are largely responsible for this loss of money, according to the report entitled Impact financier des pénuries de main-d’œuvre au Québec, released on Monday. "I would like to say that it is an extremely conservative assessment," said François Vincent, vice-president for Quebec of the CFIB, during a telephone interview with La Presse. "It has to be more than that. In reality, the losses are probably larger . We used the data that was available to us, those published by Statistics Canada in 2020, he explained. We are talking about companies that have revenues between $30,000 and $5 million. There are many companies that have higher incomes. »

SMBs in the construction industry topped the list of businesses that suffered the most losses (2,219.7 million), followed by those in the professional and administrative services sector (2,078 million). The areas of accommodation and catering rank fourth (1024.4 million).


While lost sales and contracts are significant for small business owners, it is important to note that they do not necessarily represent net losses to the province's economy.

Laure-Anna Bomal, research analyst for the CFIB and author of the report.


“These uninvested amounts may have been injected into different projects or constituted other expenses for SMEs, and the lost customers may have spent their money in another way in Quebec. The fact remains that this shortfall comes at a very bad time after two years of a pandemic which has weakened and indebted too many SMEs, ”said Ms. Bomal in a press release on Monday.


More working hours

In addition, abnormally busy schedules are also part of the effects caused by the shortage of manpower, we recall in the study. According to a survey conducted by CFIB in March 2022, 63% of owners said they had been forced to work more hours. In the case of employees, 45% of them saw their work week get heavier.


"The labor shortage is overloading our entrepreneurs, it's not good in the long term," adds François Vincent. Result: businesses such as restaurants, for example, have to reduce their opening hours.


“These companies are experiencing the cost increase quite significantly,” he says. They have to deal with it by being open fewer days. So that makes life even more complicated for them. »


As the election campaign will soon begin in Quebec, the CFIB wants the labor shortage, “a societal issue”, to be at the heart of the discussions.

Abonnez-vous à notre blogue • Restez informé

Merci de vous abonner